Banque : le braquage du siècle évité grâce à une faute d’orthographe

Partager

NEW YORK, NY - NOVEMBER 10: Network cables are plugged in a server room on November 10, 2014 in New York City. U.S. President Barack Obama called on the Federal Communications Commission to implement a strict policy of net neutrality and to oppose content providers in restricting bandwith to customers. Michael Bocchieri/Getty Images/AFP

Il aurait pu devenir le braquage du siècle mais s’est finalement transformé en fiasco. A cause d’une faute d’orthographe, des hackers ont fait capoter leur plan pour dérober des millions de dollars à des banques.

Ils avaient tout prévu et avaient franchi la première étape de leur projet. Des experts de l’informatique avaient pénétré le système de la Banque du Bangladesh pour voler des données et faire ainsi des transferts d’argent.

“Shalika Fandation” au lieu de “Shalika Foundation”

Ils sont parvenus à réaliser une trentaine de demandes de virements au nom de l’organisme bancaire bengali à la Banque de Réserve fédérale de New York vers des entités aux Philippines et au Sri Lanka.Mais une grossière erreur a éveillé les soupçons des autorités. Une faute d’orthographe dans un virement a mis un terme à cette stratégie.

Au lieu d’écrire “Shalika Foundation”, ils ont marqué “Shalika Fandation”. Si “quatre requêtes pour un transfert total de 81 millions de dollars vers les Philippines ont été validées”, “un cinquième transfert, de 20 millions de dollars, vers une ONG sri lankaise, a été stoppé parce que les hackers ont mal épelé le nom de l’ONG, Shalika Foundation”, a expliqué Reuters sur son site.

“La transaction était trop grande”

Une bévue qui aurait pu passer inaperçue si la Deutsche Bank, la banque de routage dans l’opération, n’avait pas fait attention. En voyant la faute, l’institut bancaire s’est penché sur ces opérations en question, comprises entre 850 à 870 millions de dollars (entre 763 et 781 millions d’euros). “La transaction était trop grande pour un pays comme le nôtre, a expliqué un représentant de la banque asiatique, Pan Asian Banking Corp, destinataire final du transfert. Et puis Deutsche Bank est venue dire qu’il s’agissait d’une transaction suspecte”.

Avec de telles sommes en jeu, la Deutsche Bank a effectivement interrompu les virements. Une enquête a été ouverte pour retrouver les hackers et les 81 millions de dollars envoyés aux Philippines.

Selon l’entreprise de sécurité informatique Kapersky Lab, plus d’une centaine de banques et institutions dans trente pays auraient perdu un milliard de dollars en deux ans à cause des hackers.

 

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *